Like……….

English text

Je te like, tu me like, la valse des chiffres, la tarantelle des fans. Pas facile de vendre des oeuvres à partir des réseaux sociaux, au fait pas facile vendre peu importe.

Je trouve que l’on accorde trop d’importance à tous ces chiffres. Des “like” d’amis, de ses pairs, de la famille, de purs inconnus.

Que dire des algorithmes des réseaux sociaux qui décident qui voit quoi. Des likes dans les nîmbes.

Si vous parcourez les réseaux comme je le fais, déroulement à haute vitesse du mur et reculer une fois de temps en temps si quelque chose m’attire.

Malheureux si votre magnifique toile se retrouve entre, les photos de chats, chiens, ou les messages politiques, haïneux, et la pitoune. Je n’ai rien vu, je souffre de cécité sélective.

Puisque je suis ainsi, je peux comprendre que la majorité font comme moi et si tel est le cas, ni vu ni connu….suivant. Pourquoi alors attendre de faire le décompte pour voir si cela plaît ou non.

Lorsque j’avais l’école, la question classique de la part des élèves était: “tu aimes?”. Je me tournais avec la grace d’une autruche, soulevais un sourcil et bam…..”et toi tu aimes?”

C’est le seul like qui a de l’importance. Avant tout il faut aimer ce que l’on fait et le reste suivra.

Tout comme auparavant le désir de montrer ses toiles à fait en sorte qu’un nombre de galeries locatives ont vu le jour pour combler et exploiter ce besoin, maintenant ce sont les séminaires et les publicités qui vous offrent des recettes magiques de s.e.o., de fans et de likes.

IMG_2672


I like you, you like me, a waltz of numbers, a tarantella of fans. Not easy to sell art from social networks, by the way, not easy to sell period.

I think too much emphasis is placed on all those numbers. « Like » friends, peers, family, pure strangers.

What about social networking algorithms that decide who sees what. Like lost in space.

If you browse social networks as I do, flipping down the wall at high speed and backing up once in a while if something attracts me.

You are not lucky if your beautiful canvas finds itself in between, photos of cats, dogs, or political messages, hateful ones, and beautiful bikini girls. I have not seen anything, I am suffering from selective blindness.

If I behave this way, I can understand that the majority do as I do and if this is the case, neither seen nor known …. next. Why then wait to count those liked to see if people like it or not.

When I had a school, the classical question from the students was, « you like? ». I would turned with the grace of an ostrich, lift an eyebrow and bam … .. « and you like? »

It is the only like that has importance. Above all we must love what we do and the rest will follow.

Just as before, the desire to showcase our paintings has resulted in a number of rental galleries being created to fill and exploit this need, now it is the seminars and advertisements that offer you magical recipes of seo, fans and likes.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :